Troisième Dimanche de Pâques – B – 2024

Présence de Jésus pour une communauté chrétienne
Qu’est-ce qu’on constate pour les apôtres juste après la mort de Jésus, mais de façon encore plus évidente après la Pentecôte ?
C’est que Jésus est omniprésent.
Pendant les 3 ans où il marche avec les apôtres, il prend toute la place par sa personnalité immense.
Tout ce qu’il fait et dit a un impact énorme; sans pratiquer aucun média, mais en parcourant simplement les campagnes et les déserts.
Je peux simplement reprendre une ou deux scènes :
Par exemple quand les soldats viennent l’arrêter, Jésus dit simplement :
 » qui cherchez-vous ? »
Les soldats tombent à la renverse. Immense présence…
 » pour qui te prends-tu ? » demandent les pharisiens à Jésus.  » tu n’as pas 30 ans et tu te crois plus grand qu’Abraham… »  » Avant Abraham, je suis » … Immense…
Juste après la mort de Jésus les apôtres se cachent, mais ils ne pensent qu’à lui, ne parlent que de lui.
Et quand Jésus réapparaît, ressuscité, toute la vie des apôtres va s’illuminer de sa présence. Leur vie orientée du matin au soir et du soir au matin, et jusqu’à leur mort, par la présence lumineuse et aimante de Jésus.
Quand on fait connaissance avec Jésus, toute notre vie est transformée.
Je dirais que notre cœur bat d’un autre rythme..
On l’a vu, dimanche dernier, chaque seconde mais aussi chaque choix des apôtres et des premiers chrétiens dépendent de la personne de Jésus ressuscité.
Ils vont jusqu’à tout vendre, ils ne cessent d’annoncer la bonne nouvelle.
Ce n’est pas un message ou une campagne électorale, c’est un amour qui enveloppe toutes leurs journées et qui jaillit du profond de leur cœur, d’un horizon à un autre.
Jésus est là, et ça y est notre cœur trouve sa paix.
On passe les doutes.
Son amour devient source efficace de notre vie.
Et nos limites, nos erreurs, nos fautes ne sont pas un obstacle, mais au contraire un terrain d’amour et de pardon pour celui qui habite notre cœur.
C’est de l’intérieur que Jésus se manifeste.
Seulement, nous devons prendre conscience d’une chose…
C’est que la présence de Jésus pour les apôtres est différente de celle que nous concevons. Les Juifs, du temps de Jésus du moins, n’ont pas la même perception du temps et de l’histoire que nous avons.
Et c’est très important.

Pour nous, l’Histoire se déroule d’événements en événements successifs, dont on peut prendre des tranches,
800 Charlemagne sacré empereur – 732, bataille de Poitiers – 1530 concile de Trente, à peu près – etc… 21 juillet 1969: premiers pas de l’homme sur la Lune.
Or, le peuple hébreu, la Bible, vit dans un éternel présent de Dieu.
Ça change tout pour une manière de vivre.
Les apôtres par exemple, ne rencontre pas Jésus ressuscité au coin d’une rue pour aller ensuite s’intéresser à autre chose.
Se caler devant la télé pour les infos, ou aller jouer au golf…
Ils vivent Jésus, dans chacune de leurs pensées, à chaque respiration…
C’est à dire ‘qu’ils marchent humblement avec Dieu’ (Michée 6, 8)
Seul change pour eux la densité de l’existence divine, mais elle est partout.
Elle surgit du passé prophétique et des Écritures saintes pour intensifier et certifier la présence du Ressuscité.
Depuis Abraham, et même avant, l’ultime et excellent désir de l’homme c’est de s’abandonner à quelqu’un qui nous aime.
Nous sommes loin, vous voyez frères et sœurs, d’une pratique de religion épisodique et d’une foi écrite en trait d’union qui cherche des signes de la présence de Dieu…
Mais tout est signe !
Depuis la première lueur de l’aurore dans le ciel jusqu’à la plus forte présence de Jésus dans le sacrement de la communion.
Cela veut dire que ceux qui cherchent des signes n’ont pas compris que Dieu est toujours là et qu’il nous attend.
Ce n’est pas nous qui devons attendre Dieu, c’est Dieu qui nous attend.
Saint Paul dira : ‘ ce n’est plus moi qui vit c’est le Christ qui vit en moi’
Et on pourrait dire en écho…
‘ ce n’est pas l’Histoire qui se déroule dans le temps, c’est le Christ qui vit dans l’histoire’
Il s’agit simplement pour nous de coller notre oreille à l’Histoire du monde pour découvrir la présence de Jésus-Christ.
Ce n’est pas ce que je dis ou ce que je fais qui compte, mais c’est la vie de Jésus dans ce que je dis et dans ce que je fais.
Dans ce que je comprends et dans ce que je ne comprends pas.
Et on en arrive à ce qui fait pleurer le monde depuis sa création : l’absence de Dieu quand nous sommes dans le péché.
Le problème principal et premier de toute l’histoire du salut c’est celui du péché et du pardon. Or la personne de Jésus apporte la solution, simple et définitive.
Le péché n’est plus le problème.
Il est pardonné.
C’est-à-dire que la présence de Dieu qui nous aime vient nous chercher dans notre péché là où justement il y a un manque de vie. Le péché est diminution d’existence.
C’est cela la merveille.
Reconnaître Dieu à l’endroit même où on refuse Dieu.

Les données du problème alors changent.
Ce n’est plus le péché qui est un problème qui est un problème. C’est d’admettre notre péché. Celui ou celle qui ne se confesse pas n’a pas compris le cœur de notre foi.
Car Jésus est venu pour pardonner.
Il est venu pour les pécheurs.
Il est venu pour ceux qui reconnaissent leurs insuffisances.
C’est la raison première de sa mission.
C’est la raison première de la vie de tout homme.
Jésus est venu pour guérir l’âme malade, du péché.
On peut se détourner de la mission de Jésus en s’intéressant à des tas d’autres choses… collatérales et peut-être très captivantes.
Mais bien souvent ce sera pour éviter de se reconnaître limité et pécheur.
On pourra faire de Jésus tout ce que l’on veut : un faiseur de miracle, un guérisseur, un ami des pauvres, un pur, un prophète, mais ça ne suffit pas; c’est une solution à bon marché pour éviter qu’il touche notre cœur, qu’il vienne habiter notre cœur.
Dieu ne refuse aucun combat en nous.
Au plus fort de nos angoisses, de nos solitudes, au plus fort de nos refus, de son apparente absence, Dieu attend que nous nous ouvrions à sa présence.
Et pour cela, il prend la place du perdant.
‘ Seigneur, que s’illumine ton visage,’
Si Dieu n’a pas peur de prendre la place du perdant dans notre cœur, c’est qu’il sait qu’il a gagné.
Sa victoire c’est sa présence de partout.

Deuxième Dimanche de Pâques – B – 2024

Evangélisation
Une fois n’est pas coutume.
Je vais partir d’une homélie de cette semaine. Celle de mardi dernier.
Je disais, frères et sœurs, que la nuit de Pâques, nous avions eu toutes les raisons d’être en joie.
Pour cette lumière sur le monde qu’est la Résurrection du Christ et pour les deux baptêmes de Aurélie et Margaux, et les deux premières communions de Maelya et Gaïanne.
Nous avons dû, chacune, chacun de nous, leur dire à la fin de la messe, notre joie partagée…
Elles ont dû ressentir que notre communauté les portait, en vérité, dans cette nouvelle grâce.
Que notre communauté n’était pas du monde et qu’elle les portait au-delà du monde.
C’est exactement ce que faisait la toute nouvelle communauté des chrétiens à Jérusalem pour ceux qui se tournaient vers le Seigneur.
Il y avait comme une onde de choc de joie qui accueillait, qui ouvrait les bras, et surtout qui communiait à la présence de Jésus ressuscité;
de Jésus ressuscité et de l’Esprit Saint par sa grâce d’appel.
Il y avait une grâce d’appel. Une grâce d’accueil.
Il y a une cinquantaine d’années – une nouvelle forme d’appel prit de l’importance dans l’Église.
On l’a appelé le Renouveau charismatique.
Avec des grâces visibles et souvent même bruyantes.
Mais quand j’entends ce matin les Actes des Apôtres qui évoquent les nouveaux convertis d’il y a 2000 ans, et l’Évangile avec Thomas qui se convertit en approchant les plaies de Jésus, je me dis qu’on est très proche de Pierre, de Thomas, de tous ces nouveaux croyants qui se levaient d’on ne sait d’où.
Ils se levaient pour qui ?
Pour un homme crucifié, condamné à mort un mois auparavant.
Mais en fait, pour ce même homme, ressuscité !
Je ne sais pas si on se rend compte du formidable étonnement des apôtres qui constataient un changement de société suscitée par la foi en Jésus ressuscité.
 » frères, que devons-nous faire ? »
 » Convertissez-vous, démarquez-vous de ce monde tordu » leur disait Pierre.
 » Et faites-vous baptiser !  »
C’est quand même incroyable la simplicité de cette révolution chrétienne. Incroyable, cette attirance du Saint-Esprit qui est à l’œuvre.
Et bien je crois que nous sommes dans les mêmes temps.

Des jeunes, des moins jeunes, ont soif de la lumière de la foi et demande à l’Eglise de garantir leur chemin. De les emmener plus loin.
Oui, c’est de la joie !
Parce que cela veut dire que le Saint-Esprit est toujours là sous une nouvelle forme moins visible, mais tout autant déterminé qu’aux premiers temps du Renouveau charismatique.
Nos communautés doivent être à la hauteur de comprendre et d’accueillir ces fleuves d’eau vive qui soulèvent invisiblement notre monde.
Si elles ne sont pas capables de les accueillir, nos communautés se dessécheront pendant que les fleuves de la grâce divine continueront de laver en profondeur ce monde tortueux.
Car si les Actes des Apôtres sont très actuels aujourd’hui – ce qui me cause un étonnement émerveillé – l’évangile est tout autant très actuel.
Les Actes des Apôtres ce sont les nouveaux venus.
Et ils sont là, ils ne manquent pas au rendez-vous, ces nouveaux venus.
Et l’Évangile avec Thomas, il est là.
Pour tous ceux et celles qui sont déjà baptisés, qui connaissent Jésus, et qui doivent entrer plus loin dans la connaissance du Ressuscité et peut-être de la Croix. Pour nous, ce matin, nous qui venons à la messe, nous devons nous mettre aux pieds de Jésus.
Et lui demander de le redécouvrir.
Avec une foi plus entière.
C’est-à-dire, nous devons, si nous ne voulons pas être largués, ouvrir notre cœur à ce Jésus ressuscité qui nous demande conversion.
Il y a les premières conversions, elles sont là.
Et le Saint-Esprit s’en occupe.
Il y a aussi les conversions à Jésus ressuscité.
Et celles-ci ne dépendent que de nous.
 » Marie-Madeleine courut annoncer aux disciples :
‘ j’ai vu le Christ ressuscité’  »
Est-ce que nous pouvons le dire avec nos lèvres, notre vie, et notre cœur, en vérité ?  » Mon Seigneur et mon Dieu »…
Frères et sœurs, quand nous prononcerons ces mots le cœur ouvert par la blessure de l’amour, nous saurons accueillir les nouveaux appels de l’Esprit Saint.
Nous aurons un seul cœur et une seule âme.
Nous pourrons partager la grâce abondante dont Dieu est toujours généreux.
Et nous nous abandonnerons à la Providence
« la victoire remportée sur le monde, c’est notre foi », en Jésus Sauveur.
Notre foi, est-elle simplement une palpitation du cœur, secrète, surtout pas trop visible, qui doit passer inaperçue à nos proches ?
En fait, notre foi commence toujours par un signe.

Signe très varié pour chacun de nous.
Ce peut-être un événement, une parole, une souffrance ou une joie, un étonnement… Et, dans ce signe, Dieu nous appelle.
Dieu nous appelle au silence de la prière.
Le signe a été là et son écho se poursuit dans le silence. Mais ça ne suffit pas. Notre foi, c’est une foi enflammée.
Si notre foi n’est pas enflammée, elle va se dessécher.
Notre foi réclame de s’exprimer.
Vivre en vérité avec nous-même est déjà un premier signe.
Ceux qui n’ont pas la foi repère très facilement cette disposition chez nous, les croyants : Être en vérité ou pas.
Mais ça ne suffit pas.
Car la foi enflammée par la charité demande à être criée.
Je dirais presque ‘par survie’.
Parce que, quand on ne crie pas ce qui nous tient le plus à cœur, il y a comme un retour vers la mort.
Notre foi, catholique, se cueille par l’écoute de petits signes.
Elle grandit par la grâce intime de notre Dieu de miséricorde, qui donne tout, alors qu’on ne mérite rien.
Et puis enfin, notre foi attisant la charité et la miséricorde, si elle est vraie, doit déborder en témoignage.
Comme l’écrit Saint-Exupéry dans ‘pilote de guerre’ :
 » quiconque accède à la contemplation se change en semence ».
Vous voyez frères et sœurs,
Il y a d’abord le signe.
Mais tout est signe dans l’ordinaire des choses
( Saint-Thomas, a demandé le signe des souffrances du Christ. Marie-Madeleine trouve la foi avec celui qu’elle prend pour un jardinier. Jean, devant le tombeau vide.)
Après le signe, il y a la présence transformante.
Invisible mais transformante.
D’autant plus transformante qu’elle est invisible.
( Pierre qui pleure d’être pardonné. Pierre est transformé à jamais) Et enfin, Dieu fait de nous des signes pour les autres.
Tous ces premiers chrétiens – et tous ceux qui ont suivi, bien entendu – qui lâchent tout, qui choisissent la pauvreté, le détachement, l’obéissance, dans la joie,…
Bref, qui choisissent le véritable sens de l’Église.
Ceux-là deviennent signes, ils deviennent flammes, ils deviennent communion accueillante.

PAQUES JOUR 2024

Saint-Paul parle aux Colossiens :
 » si vous êtes ressuscités avec le Christ… »
Et moi je parle au salernois :
Première lettre du Père Thierry, prêtre du diocèse de Fréjus Toulon, aux salernois
 » frères, et sœurs, si vous êtes ressuscités avec le Christ, recherchez le… »
Bon… c’est pas très original parce que ça a déjà été dit…
Ça a déjà été dit mais ça n’a pas été fait.
Vous vous étonnez peut-être frères et sœurs que vous êtes ressuscités.
Et bien oui…
En fait il y a plusieurs résurrections sa.
Il y a d’abord la résurrection de Jésus.
Qui engage quoi ?
Qui engage sa mort.
Sa mort physique.
La mort dans sa nature humaine.
Mort de son corps.
De son corps humain bien sûr.
Et ce corps humain, disparu, retrouve, la nuit de Pâques, une nouvelle existence.
Une existence libérée des contingences terrestres.
Le corps de chair de Jésus retrouve vie en un corps spirituel.
Son corps.
Mais son corps, dans un autre mode de vie, spirituel, doué d’une capacité d’apparaître à ses disciples.
Pendant 40 jours.
Puis il rejoindra le cœur de Dieu, au Ciel.
Ce phénomène c’est la première résurrection, parfaite et éternelle.
Et c’est la locomotive de toutes les autres résurrections.
À partir de la résurrection de Jésus, il y a pour nous une ouverture au ciel.
Pas après notre mort, dès maintenant.
Ce n’est pas notre corps qui ressuscite maintenant, mais c’est notre possibilité de vivre la vie éternelle.
Avant Jésus, les hommes tendaient les mains vers cette vie éternelle.
Mais depuis Jésus, notre âme peut-être habitée par la vie éternelle de Jésus.
En fait par Jésus ressuscité, lui-même.
D’une certaine façon la vie de Jésus ressuscité, qui vient frôler notre âme dans la communion, à chaque communion pendant la messe, renouvelle la vie de notre âme. Jésus ressuscité vient réalimenter notre capacité de vie.
Pour cela, il faut qu’il y ait une mort.

Mais cette mort n’est pas celle de notre corps, c’est celle de notre âme touchée par le péché.
Si nous mourrons au péché, par la vertu, mais davantage aussi par le pardon, nous nous engageons dans une nouvelle vie qui est déjà la vie éternelle.
La vie de la grâce.
La vie d’intimité avec le Seigneur.
Et puis ensuite, il y aura une troisième résurrection.
La résurrection de l’Église, de l’Église totale.
C’est-à-dire la résurrection de nos corps.
Il y a maintenant des prémices de cette résurrection par la guérison que nous donnent les sacrements de l’Église.
À chaque fois que nous recevons un sacrement, nous cueillons une petite fleur de notre résurrection.
Nous cherchons à rééquilibrer notre vie par des tas de recettes.
Et on fait appel à la médecine, à l’écologie, à des prières de guérison, à des sciences ou des thérapies en tout genre, et encore jusque-là ce sont des petites béquilles légitimes quand elles ne virent pas en des pratiques de l’ombre, superstitieuses ou ésotériques.
Et l’on oublie que le moindre petit sacrement de l’Église catholique nous offre une force de guérison incomparable pour notre âme et pour notre corps.
À chaque fois que nous recevons un sacrement – le baptême, bien sûr, qui nous fait passer notre vie de l’état de cocon à l’état de papillon;
et le sacrement du pardon, de la réconciliation… merveilleux sacrement qui guérit notre âme de ses blessures et qui provoque, bien naturellement, ses effets sur l’équilibre de notre corps; à chaque fois que nous communions à l’Eucharistie, c’est une formidable dose de vie et d’équilibre qui réjouit notre âme, lui donne santé et force, qui rejaillit sur notre corps.
Mais tous les sacrements sont source de vie éternelle, de santé, de bien-être, de croissance…!
‘ si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi, dit Jésus, et qu’il boive ! ‘
Mais il faudrait user et même abuser des sacrements pour rendre à notre cœur et à notre corps sa santé !
C’est incroyable comme nous allons chercher ailleurs, ce qui nous est offert avec tellement de simplicité pour guérir et pour correspondre à ce que nous devons être.
Et pourtant, cet équilibre est encore très loin de celui que nous vivrons au Ciel, à la résurrection de notre corps glorieux.
Ici-bas, sur cette terre, les efforts, les lourdeurs de la matière, les peines et les souffrances forment comme un brouillard qui cache l’horizon.
C’est lourd et on arrive difficilement à s’en dépêtrer.

Mais la petite espérance, la petite grâce d’espérance, perce ce brouillard comme un sonar qui envoie ses ondes au-delà des apparences.
Et la petite espérance, grâce précieuse, délicate et pure, nous fait découvrir le formidable désir d’une vie qui existe, éternellement harmonieuse, derrière le brouillard.
Ce n’est pas un rêve, frères et sœurs, c’est la nostalgie d’une symphonie que Dieu a inscrit au plus profond de nos cœurs, promise, et qui se réalisera par la résurrection de nos corps.
Pas de n’importe quel corps : de notre corps, libéré de la maladie et de la mort;
Notre corps qui lui-même jouira de la tendresse infinie que Dieu nous réserve, comme un père, vraiment Père.
L’Église tout entière vivra cette résurrection des corps.
Et là, je ne vois pas d’image meilleure que la splendeur de l’expression artistique pour évoquer le ciel.
La lumière sur le tableau ce sera le Christ qui va illuminer, de son corps ressuscité, chacune des touches de couleurs, parfaitement harmonieuses, de l’Église en gloire. C’est ce que nous fêtons aujourd’hui : cette lumière promise.
Le Ciel, ce sera une poésie délicieuse, et le Saint-Esprit nous fera plonger dans des profondeurs de sens et de mélodie que notre corps et notre âme ne cesseront de savourer, comme un festin éternel.
Et enfin, la symphonie de l’Église de tous les ressuscités, sans aucune fausse note, ce sera la découverte de la tendresse amoureuse du père qui nous prend dans ses bras. On ne goûtera vraiment à l’amour que lorsque, corps et âme, nous chanterons devant le trône éternel :
Saint, saint, saint !
Merci, Père bien-aimé de ta fécondité débordante et de toute la splendeur de la création, reflet du Père et du Fils, devenu homme et ressuscité, reflet aussi du Saint- Esprit qui ravive délicatement notre espérance en la résurrection finale et éternelle de l’Église.
‘saint, saint, saint, le Seigneur Dieu de l’univers !’

PAQUES NUIT 2024

Vous savez pourquoi Aurélie, Margaux, vous faites tressaillir de joie notre coeur ce soir ?
Je vais vous dire…
Au fond de chacun de nous, vous réveillez à la fois l’inquiétude et l’étonnement du mystère.
Par votre choix, votre désir, votre confiance à l’Eglise, mais plus encore par votre réponse à un appel qui vous dépasse, vous dites à chacun de nous ici, mais aussi au monde entier, – ce monde qui oublie la beauté, à ces hommes et femmes qui cherchent aussi, tous ses pauvres qui font le mal et qui font le bien –
Vous savez ce que vous leur dites ?
C’est qu’il y a un mystère, de joie.
Et vous nous invitez à goûter à une certaine beauté de l’homme qui se trouve dans l’innocence de son âme.
Comme il y a un émerveillement à la naissance d’un bébé, d’un nouvel être, tout fragile et pourtant tout aimé, il y a un émerveillement devant un nouveau baptisé, une nouvelle baptisée.
Vous savez ce que provoque un enfant, tout vivant, dans les bras de sa maman… He bien, notre coeur frémit de la même impression devant le mystère de votre baptême.
Comme il devait y avoir un étonnement devant la personne de Jésus, au regard lumineux de beauté, il y a un étonnement quand une âme, vos âmes à vous deux, vont s’ouvrir à la présence de Dieu, dans quelques minutes.
Vous avez votre monde… Votre famille, vos journées, avec vos combats, vos réussites et vos déplaisirs, vos amitiés, et vos craintes aussi…
Et là vous nous dites :
« Il y a une autre vie, il y a une autre pureté, il y a une autre beauté, une autre grâce, qui vient des profondeurs de nos âmes, et devant laquelle tout le régime commun du monde (le confort, son argent, ses problèmes,… ) ne pèse pas grand chose.
Jésus est là, et le monde change.
Mystère de la vie surnaturelle dans un cœur.
Aurélie et Margaux, ce soir vous nous changez la vie !
Heureusement, il y a le sacrement…
Sacrement du baptême.
Heureusement… pourquoi ?
Parce que, un sacrement, c’est un voile délicat pour tamiser l’éblouissement de la grâce divine.

S’il n’y avait pas le sacrement, on mourrait de découvrir votre naissance à la vie éternelle…
On mourrait de lumière en cette nuit de pâques !
Et vous aussi !
Alors Dieu filtre la puissance de sa grâce, son cadeau de vie, à travers les signes apparents du sacrement de votre baptême.
Et il vous demande depuis quelques temps, mais surtout à partir d’aujourd’hui, d’être deux étoiles nouvelles dans la nuit de notre monde qui résiste à Dieu. Margaux et Aurélie, non seulement Dieu vous donne la grâce de nous réjouir, mais il vous donne une mission avec votre baptême :
La mission de ne pas cacher sa lumière de vérité et son amour que vous puiserez dans des temps de prière régulière, dans la messe, et dans une vie de charité, humble et lumineuse.
Votre coeur maintenant doit être source de paix, de la paix du Christ, dans votre famille et dans toutes vos rencontres.
Aurélie, à partir d’aujourd’hui c’est un pas de danse avec Dieu que vous lui promettez, chaque jour.
Tous les jours Dieu attend que vous dansiez avec lui.
Prenez le temps de cette danse dans l’invisible de votre cœur. Et Dieu vous le rendra au centuple.
Margaux, vous commencez un chemin de bénédiction.
Permettez à Dieu qu’il l’épanouisse jusqu’à ce qu’il vous donne une paix profonde dans votre couple et dans votre cœur.
Et pour cela, il vous suffira de marcher humblement en présence de Dieu et en confiance de l’Église.
Et Dieu vous donnera le centuple de joie.
Mais ce soir, nous avons les extrêmes…! Baptêmes, ouvertures de lumière…
Et puis, premières communions
Maelya et Gaïanne.
La communion c’est l’accomplissement de notre vie chrétienne.
Ce n’est pas d’ouvrir la fenêtre pour regarder le ciel.
Maelya et Gaïanne , à chaque communion depuis ce jour ce sera le Ciel qui vient en vous.
Le Ciel présent dans votre cœur.
L’eau vive que Jésus a promise à la Samaritaine.
À chaque communion, quand vous recevrez Jésus sous l’apparence d’un petit morceau de pain, Jésus vous dira si vous l’écoutez bien :
 » c’est vrai que j’aime tous les hommes en général, mais parce que tu communies, je t’aime toi, en particulier, et depuis une éternité j’attendais de te le dire » J’attendais de te parler au plus profond de ton cœur.

Mais non seulement de te parler mais d’être présent, moi, le Dieu qui donne le bonheur.  »
Et c’est pour ça qu’une certaine nuit de Pâques, j’ai ressuscité.
Parce que je voulais être avec toi aujourd’hui. »
Bien sûr, Maelya et Gaïanne, il vous reste beaucoup à découvrir de la vie et du bonheur,
mais le meilleur chemin qui vous donnera la meilleure lumière, c’est qu’aussitôt que vous pourrez, vous courrez vers l’église pour communier.
Car à chaque communion Jésus vous donnera un amour plus grand, un cœur plus grand aussi.
Vous connaissez, Maelya et Gaïanne la fable de la cigale et de la fourmi…
 » La cigale ayant chanté tout l’été,
Se trouva fort dépourvue
Quand la bise fut venue.
Elle alla crier famine chez la fourmi, sa voisine,
La priant de lui prêter quelques grains pour subsister jusqu’à la saison nouvelle… »
Alors, je passe, et je vais rapidement à la fin de la fable.
 » La fourmi lui répond :
‘ vous chantiez, j’en suis fort aise !
Et bien, dansez maintenant…’  »
La leçon de cette histoire,
Maelya et Gaïanne, c’est que, à chaque communion, vous serez une petite fourmi qui garde le grain de la vie éternelle.
À chaque communion, vous serez une petite fourmi qui grandit dans le cœur de Dieu.
Et Dieu vous donnera une force, une force qui sera une joie, de vaincre les vents froids de la vie.
Vous traverserez les hivers avec la flamme de Dieu en vous.
Et vous verrez les cigales, celles que l’on entend et que l’on voit sur les branches quand tout va bien, vous verrez les cigales chercher quelques grains pour subsister.
Et le plus beau dans votre vie, ce sera quand vous direz à une cigale de vos copines :
Tu chantais ?
Et bien maintenant, si tu veux vraiment vivre, viens découvrir mon trésor, là, à l’église d’à côté !
C’est Jésus, qui vient à chaque messe dans mon cœur.
Jésus, ce Dieu qui est venu sur terre pour apporter le soleil dans notre cœur. Ce Jésus qui a fait du bien, qui n’a mis aucune limite à son amour.
Ce Jésus qui a été plus fort que toutes les épreuves et qui est ressuscité. Ressuscité : celui qui a apporté une autre vie.

Je peux à chaque fois que je communie, le rencontrer et lui donner mon cœur. Parce que lui me donne son cœur.
Aurélie et Margaux, vous devenez des étoiles par votre baptême.
Maelya et Gaïanne, le soleil de bonheur vient vous visiter en cette nuit merveilleuse.
Ce Jésus, ce Jésus qui existe, il est Dieu, et il peut changer votre vie. Si vous lui donnez votre cœur.
Il peut changer notre vie à chacun de nous.

Vendredi saint 2024

Pourquoi ?
Pourquoi ce scandale que Dieu, le Père.. Le Père… a jeté son Fils, le Fils unique et Bien-aimé, en pâture à notre race humaine.
Pourquoi tant de souffrance ?
Il n’y a pas de réponse.
Parce que la réponse ce serait de vivre les souffrances de Jésus.
C’est ce que fait l’Église.
Parce que, avant d’être l’Église de la hiérarchie, l’Église des sacrements, l’Église de la Vérité, notre Église est crucifiée avec le Christ, par amour. Pourquoi Jésus méprisé, broyé par la souffrance, abandonné des hommes et de Dieu?
Je peux essayer un début de réponse.
Je ne devrais pas frères et sœurs, parce que celui qui pressent la réponse, c’est celui qui aime.
Et l’amour je ne peux pas vous le mettre dans le cœur.
Celui qui voit par amour connait la réponse.
La réponse, c’est que Dieu n’a pas voulu – ne pouvait pas d’ailleurs – sauver le monde par l’extérieur.
Comme on sauve quelqu’un qui se noie en lui envoyant une bouée.
Dieu devait sauver le monde par l’intérieur.
Et c’est là que la réponse devient difficile…
Parce que seul Jésus-Christ et descendu à l’intérieur de tout le mal humain. Et l’Église poursuit ce chemin de communion.
Vous voyez comme c’est le lourd.
Un seul enfant, qui en ce moment, se débat pour garder la vie qu’on veut lui arracher dans le ventre de sa maman, c’est déjà insupportable…
Jésus a vécu cette douleur, à l’infini des enfants qui se débattent.
L’Eglise a son cœur meurtri de la même douleur. Et pleure.
Un enfant à qui, en ce moment, on est en train de mentir, ou qui apprend le mensonge, c’est abominable.
Ce mensonge a giflé Jésus à l’infini.
Et l’Église souffre.
Chaque coup de fouet qui a écorché le Corps Sacré de Jésus est chacun de nos péchés qui a meurtri son Cœur sacré.
Et c’est trop…

Un seul de nos péchés peut avoir dans notre vie l’écho d’une douleur qui ne finit pas.

Quand un enfant est malade, sa mère est plus malade que lui de sa souffrance. Elle porte en son cœur le mal-être de son enfant.
Mieux vaudrait qu’elle n’ait pas d’amour pour ne pas souffrir autant.
Et pourtant, l’amour de sa mère permet à l’enfant de guérir.
Et bien, Jésus, Dieu fait homme, a voulu aimer de son amour infini l’homme malade pour qu’il puisse guérir de sa dégénérescence démoniaque.
Et l’Église pleure en nous, chrétiens, de la douleur de son amour pour tous ses enfants qui se perdent.